L’huile essentielle : qu’est ce que c’est ?

Extraites des plantes aromatiques, l’huile essentielle est obtenue grâce à un procédé de distillation à la vapeur. Les molécules qui en sont issues, se retrouvent gorgées de principes actifs, largement utilisés dans les secteurs du bien-être et de la médecine douce. Pour une santé et une beauté plus responsable, découvrez ce que révèlent les huiles essentielles.

Huile essentielle

Huiles essentielles : définition

Grande tendance, l’huile essentielle (HE) est plébiscitée comme une alternative thérapeutique et cosmétique. On retrouve dans son nom le terme :“huile”, car il s’agit d’un corps gras, mais à ne pas confondre avec une huile végétale. Elle est extraite de plantes aromatiques, par vaporisation à la vapeur d’eau. Les plantes sont placées dans un alambic. De la vapeur d’eau passe à travers les plantes, afin de récupérer les molécules aromatiques.
Après distillation, les plantes se transforment ainsi en état liquide, pour devenir des huiles essentielles.

Les molécules sont récupérées pour leurs bienfaits sur la santé. Chaque HE détient sa spécificité.
Certaines agissent sur la sphère nerveuse. Elle permettent de calmer les angoisses, ou de rééquilibrer l’organisme. D’autres HE sont anti-infectieuses, antivirales et stimulent le système immunitaire.

L’histoire de l’huile essentielle

Les bienfaits thérapeutiques des huiles essentielles remontent à des millénaires. Les premières traces se retrouvent sur des papyrus de l’Égypte ancienne en 4.500 avant Jésus-Christ.
Les HE étaient fréquemment utilisées en Asie, au Moyen Orient, en Grèce, en Amérique et sur le continent africain. Seulement il faut attendre, le 11e siècle avec Avicenne Ibn Sinna, philosophe et médecin perse, pour découvrir le système de distillation.

Au moyen-âge, les huiles essentielles ont mauvaise presse en Europe, car elles sont associées à des élixirs de magie noire. C’est Charlemagne qui cependant met en lumière les bienfaits des plantes. Moines et monastères s’emparent des secrets de remèdes à base de plantes médicinales.
C’est lors de la révolution industrielle, que les HE prennent un nouvel essor, avec l’industrialisation du secteur de la beauté.

L’aromathérapie a connu un engouement au début du 20e siècle avec René-Maurice Gattefossé, chimiste et inventeur du mot « aromathérapie ». Dès lors, l’utilisation des huiles essentielles et des plantes pour soigner les maux du quotidien a été généralisée dans le corps médical, pharmaceutique et auprès de la communauté scientifique. A la fin du 20e siècle et au début 21e siècle, les traitements conventionnels et les cosmétiques industriels ont préféré les substances chimiques et de synthèses aux HE. La demande des consommateurs pour plus de naturel a cependant de nouveau relancé l’emploi des huiles essentielles.

Comment s’utilisent les huiles essentielles ?

Tout d’abord, il est important de noter que les huiles essentielles ne se mélangent pas à l’eau. Selon l’usage souhaité, elles se mélangent avec du lait, de la crème, du miel ou de l’huile végétale.
En cosmétique et en application cutanée, les huiles essentielles se mélangent à de l’huile végétale et aussi du gel d’aloe vera.
En moyenne, il faut compter 20 gouttes d’HE pour 10 ml d’huile végétale.

Pour une diffusion à froid, une 15e de gouttes d’huile essentielle sont nécessaires par séance de diffusion.
Cependant, il faut faire attention au dosage. Les HE sont des corps très concentrés, certaines molécules en surdosage peuvent être toxiques surtout chez les personnes sensibles. Enfants de moins de 3 ans, nourrissons et femmes enceintes ne doivent pas les utiliser. Lors de la grossesse, il faut attendre après le 3e mois, même si certaines restent à éviter comme la menthe poivrée.
Avant de choisir votre flacon d’huile essentielle vous devez connaître : son nom botanique en latin, l’organe distillé comme la fleur ou la racine, ainsi que son profil biochimique, autrement dit les molécules présentes dans sa formulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *