CBD et légalité
Le CBD est-il légal en France ?

Après l’intervention du Premier ministre Edouard Philippe en 2019, le débat autour de la légalisation du cannabis et du CBD est d’autant plus d’actualité.
Pourtant, deux médicaments contenant du cannabis ont déjà obtenu une autorisation de mise sur le marché par l’ANSM. Retour sur une substance controversée et pourtant autorisée dans un cadre réglementé.

CBD et légalité

La prohibition du cannabis freine la recherche médicale

Dès sa découverte, les milieux scientifiques et médicaux se sont emparés de cette plante pour élaborer des remèdes pour de nombreux maux. Dans la seconde moitié du XXème siècle, l’usage récréatif du chanvre indien, toléré qu XIXème siècle, commence à faire scandale en occident. Depuis, l’utilisation et la recherche sur le cannabis à usage médical devenu illicite ont fortement ralenti. En 1940, le Nobel britannique Alexander Todd et l’américain Roger Adams réussissent à isoler un composé de la marijuana, non psychoactif, le cannabidiol, alias CBD. En 1963, Raphael Mechoulam identifie la structure moléculaire du cannabidiol (CBD). En 1964, il isole plusieurs autres substances, qu’il nomme « cannabinoidres ». La même année, il élucide la structure du THC, la substance psychoactive du cannabis. Bien qu’ici ou là les autorisations de recherche sur la marijuana soient systématiquement refusées, de rares chercheurs poursuivent néanmoins leurs travaux. En 1992, le professeur Mechoulam découvre son « analogue endogène » c’est à dire une substance analogue au THC mais fabriquée par notre organisme. Forts de ces nouvelles perspectives, de nombreux chercheurs à travers le monde emboitent le pas de se précurseur. Depuis, la découverte du système endocannabinoique, on assiste à une perchée significative qui entraine une effervescence dans les laboratoires pharmaceutiques.

Une reconnaissance légale et médicale

Tout d’abord, il est bon de rappeler que le CBD, soit le cannabidiol, diffère du psychotrope THC, même si tous deux sont présents dans la plante de chanvre. Le CBD n’altère pas les fonctions cognitives du consommateur, mais possède des vertus bénéfiques pour l’organisme.
Après avoir été reconnue comme molécule non-toxique par l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, la législation s’est assouplie.
La production et l’industrialisation de cannabidiol relève d’une réglementation contrôlée. La molécule de cannabidiol, CBD, doit être obtenue depuis les fibres et graines de chanvre. Sa fabrication à partir des feuilles et fleurs reste interdite. Le seuil maximum autorisé de THC dans les plants de chanvre utilisés, ne doit pas dépasser 0,2%.
Par cet adoucissement de la loi, des gélules, crèmes et huiles arrivent sur le marché. Ils ne se substituent pas aux médicaments, mais sont des compléments alimentaires.

Certains médicaments font tout de même exception à la règle. L’ANSM, Agence nationale de sécurité des médicaments, a autorisé la commercialisation de traitements à base de THC sur le sol français. Ils sont prescrits selon un protocole strict, auprès de médecins spécialisés et dont les patients de certaines maladies, définies par l’ANSM, ne supportent plus les traitements conventionnels.
Parmi ces médicaments on retrouve le Sativex, qui combine la molécule de CBD et THC. Il s’agit d’un spray buccal pour les personnes souffrant de sclérose en plaques.
Un anti-inflammatoire, le Marinol est prescrit sous formes de capsules formulées à base d’huile de THC synthétique. Il s’adresse uniquement aux personnes atteintes de maladies graves, listées par l’ANSM, et qui ne supportent plus leurs traitements habituels.

Tour d’horizon de la situation en Europe

L’usage du cannabis en usage thérapeuthique prend du terrain dans de nombreux pays. En Europe, des disparités existent selon l’utilisation du cannabis, récréatif ou thérapeuthique.
Nos voisins suisses, espagnols, allemands, mais aussi le Royaume-Uni, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, la Slovénie, la Norvège, ou encore, la Finlande, autorisent l’utilisation du cannabis comme traitement thérapeutique.
Au niveau européen, la commercialisation de CBD n’est pas encore clairement définie dans tous les pays. Quand la France autorise les produits à base de CBD avec un seuil inférieur à 0,2% de THC, d’autres n’ont pas encore institué de réglementation spécifiques autour de leurs utilisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *